Entretiens

21/01/2021

Du livre jeunesse au livre d’artiste, (Les Grandes Personnes) fêtent leurs dix ans à la Galerie Gallimard !

Galerie Gallimard

Les éditions (Les Grandes Personnes) produisent depuis dix ans des livres qui s’adressent en premier lieu aux jeunes lecteurs, mais leurs recherches sur l’image et le façonnement de l’espace livresque ne peuvent laisser insensible un public intéressé par le livre d’artiste. L’exposition qui vient d’être inaugurée propose aux visiteurs de se transformer en spectateurs et de découvrir le travail des créateurs emblématiques de son catalogue, véritables inventeurs de formes inédites. L’élégante Galerie Gallimard, dédiée au « dialogue entre l’art et les lettres » selon Antoine Gallimard, leur a ouvert ses portes à cette occasion.

Brigitte Morel, directrice des (Grandes Personnes), nous a accordé un entretien.

 

LLG – Pourquoi avoir fait le choix d’exposer à la Galerie Gallimard ? Comment est né le projet ?

BM – Les éditions des Grandes Personnes ont été fondées avec l’appui d’Antoine Gallimard en 2009. Pour fêter les 10 ans de la maison, la Galerie m’a proposé de faire une exposition.

LLG – Quels sont les liens entre cette nouvelle exposition et celle qui est itinérante ?

BM – Elles sont totalement différentes.  Les Grandes Personnes-10 ans de création est une réalisation de la maison d’édition (Les Grandes Personnes) et fête d’une autre manière les dix ans de notre aventure éditoriale. Elle présente la production de la maison uniquement, en onze panneaux, un qui présente la maison d’édition et dix autres pour chaque année de production. Cette exposition permet de plonger au cœur de nos réalisations. On y retrouve les artistes exposés à la Galerie Gallimard mais également les autres auteurs de notre catalogue. Elle est par exemple destinée aux médiathèques qui souhaiteraient présenter notre travail.

LLG – Pouvez-vous nous parler un peu du lieu qui vous accueille depuis le 21 janvier ?

BM – La Galerie Gallimard est ouverte depuis 2017. Elle propose six à huit accrochages par an et présente des œuvres graphiques et des photographies en lien avec les auteurs ou illustrateurs de ses catalogues : littérature, jeunesse, BD, voyage. La précédente exposition était dédiée aux femmes autrices de la maison d’édition, Autrices, écrire libre (1945-80). Elle s’est tenue du 15 septembre au 23 décembre. Le lieu accueille rarement de la littérature jeunesse. Il y a eu l’expo Parole aux animaux, un bestiaire Gallimard jeunesse en 2019, mais le lieu n’est pas une galerie spécifiquement dédiée à la jeunesse.

LLG – Depuis combien de temps travaillez-vous sur ce projet ?

BM – Le projet a nécessité un an et demi de préparation. L’exposition aurait dû ouvrir plus tôt mais elle a été sans cesse repoussée à cause de la crise sanitaire.

LLG – Comment s’est opéré le choix de la scénographie et quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

BM – La scénographie a été conçue et soutenue par l’équipe artistique de la Galerie, Anne Lagarrigue et Martin Corbasson. Il y a à la fois un accrochage d’œuvres et des vitrines pour ce qui ne peut pas être suspendu. Les Pop-ups ainsi que les grandes œuvres ont été les plus difficiles à installer.

LLG – Comment avez-vous opéré des choix dans le travail des artistes avec lesquels vous travaillez ?

BM – Onze artistes phares du catalogue sont présents. Les œuvres ont été choisies avec l’aide des artistes mais aussi de la galerie, en fonction de la scénographie. On découvre ou redécouvre des photographies de Claire Dé et François Delebecque, des créations d’Aurélien Débat, Dominique Ehrhard, Pascale Estellon, Jérémie Fischer, Henri Galeron, Bernadette Gervais, Emma Giuliani, Joëlle Jolivet et Philippe UG. Toutes les œuvres présentées sont à vendre, sauf celles d’Henri Galeron.

J’avais envie de montrer autre chose que ce qui est dans les livres que nous publions car c’est trop réducteur. Beaucoup des auteurs du catalogue des (Grandes Personnes) développent également une activité artistique à côté de leurs activités d’auteurs pour la jeunesse. Certains sont peintres, d’autres designers, photographes, plasticiens et j’avais envie d’exposer ce qu’ils produisent en parallèle de leur production jeunesse. François Delebecque, qui est photographe, nous a ainsi confié deux photographies en noir et blanc qu’on ne trouve pas dans ses ouvrages mais qui montrent son travail.

LLG – Quelle a été la part de création des artistes pour cette exposition ?

BM – On accueille en fait dans cette exposition des œuvres qui ne sont pas destinées à se retrouver dans les double-pages d’un album et certaines sont des créations spécifiques. Il y a de la linogravure, des photos de tableaux en volume ou en pop-up… On peut découvrir par exemple les grandes linogravures de Joelle Jolivet, les sérigraphies de Bernadette Gervais ou celles d’Aurélien Débat présentées à l’abbaye de Fontevraud.

LLG – Vous ne présentez donc pas de livres ?

BM – On trouve bien sûr les livres des (Grandes Personnes) ! Il y en a sur des tables et le public peut les toucher et les feuilleter. Il y a également dans la Galerie un coin librairie pour consulter et acheter les ouvrages. Le visiteur comprend assez rapidement les prolongements de certains aspects des livres à la faveur de l’exposition. Tout se tient. J’avais envie de montrer un tout. J’avais envie que ce soit une exposition riche et ce qui est présenté est remarquable. L’exposition montre aussi que le travail pour l’édition jeunesse ne se résume pas à de l’illustration.

LLG – Vous êtes une maison d’édition pour la jeunesse. Cette exposition a-t-elle été pensée pour se situer à hauteur d’enfant, avec par exemple des espaces qui leur sont dédiés ou spécialement aménagés pour eux ?

BM – Non, ce n’est pas une exposition pour les enfants mais elle est tout à fait visible par eux. Elle est destinée à tout public, à l’image de notre maison.

LLG – Est-ce que l’exposition a pu être inaugurée ? Et quelles animations sont prévues pour prolonger la visite ?

BM – L’inauguration a eu lieu jeudi 21 janvier avec un format un peu particulier. Les artistes qui le pouvaient étaient présents pour accueillir les journalistes. On va essayer d’organiser des signatures régulièrement, dont une le 30 janvier. Il est difficile de savoir encore quel format elle va prendre. Plusieurs animations étaient prévues, des visites de groupe, d’autres avec les libraires qui sont proches des (Grandes Personnes) et des bibliothécaires, mais elles ont été annulées en raison des conditions sanitaires.

LLG – Et si les conditions sanitaires venaient à se durcir ?

BM – La Galerie fera tout pour rendre l’exposition visible de tous malgré la fermeture, sur les réseaux sociaux.


Pour citer cet article:

Laurence Le Guen, « Du livre jeunesse au livre d’artiste, (Les Grandes Personnes) fêtent leurs dix ans à la Galerie Gallimard ! », dans L’Exporateur littéraire, Jan 2021.
URL : https://www.litteraturesmodesdemploi.org/entretien/du-livre-jeunesse-au-livre-dartiste-les-grandes-personnes-fetent-leurs-dix-ans-a-la-galerie-gallimard/, page consultée le 29/11/2021.