Carnet de visites

24/11/2022

Le Parc Littéraire Giuseppe Dessì (Villacidro, Sardaigne). Parcours et activités d’un monde de paroles

Parc littéraire Commissaire(s): Fondation Giuseppe Dessì

[…] quella è la mia piccola patria. Là sono diventato uomo, là è la mia gente: case e tombe. Ma ciò che conta di più è che io, anche ora, se vado là, mi sento più forte, più intelligente, anzi omnisciente. Se immergo la mano nell’acqua della Spendula, o del Rio Manno, so di che cosa è fatta quell’acqua. Se raccolgo un sasso di Giarrana, ho di quel sasso una conoscenza che arriva fino alla molecola, all’atomo. È là che ho letto per la prima volta Leibniz e Spinoza. Là mi sono sentito al centro dell’universo, come un astronauta.
Giuseppe Dessì, Un pezzo di luna

 

L’un des écrivains majeurs de la littérature sarde, Giuseppe Dessì, est l’auteur du roman Paese d’ombre (Pays d’ombres), lauréat du prix Strega en 1972. La forte territorialité de son écriture a favorisé, au fil du temps, de nombreuses initiatives de promotion littéraire, aptes à patrimonialiser la mémoire locale de l’œuvre et ainsi suggérer des parcours alternatifs de valorisation de sa région natale. Les activités sont portées principalement par la fondation Giuseppe Dessì, à Villacidro, la ville de la jeunesse du romancier, dans le sud-ouest de la Sardaigne. Depuis 2019, l’organisme adhère à l’initiative du réseau national italien des Parcs Littéraires, dans le but de constituer de nouveaux circuits de découverte de ces paysages de mémoire, à l’échelle locale et régionale.

 

Origines

L’idée de créer une fondation Giuseppe Dessì remonte à 1986, à l’occasion du colloque international Giuseppe Dessì e il mito Sardegna, organisé par l’Université de Cagliari. Deux initiatives sont accueillies : organiser un Prix Littéraire à cadence régulière consacré à la mémoire de l’écrivain ; instituer une fondation qui puisse intervenir dans la valorisation de son œuvre, ainsi que dans la conservation et la promotion de son patrimoine documentaire. La première édition du prix a été inaugurée en 1989. La fondation, quant à elle, a ouvert ses portes en 1999 dans les locaux de ce qui fut la maison familiale de l’écrivain (dans Pays d’ombres, elle est connue comme la maison du sénateur Loru), au 65 rue de Rome, à Villacidro. Le Parc Littéraire homonyme a été institué en février 2019, sous l’initiative conjointe de la fondation, du Parc Géo-minier, Historique et Environnemental de la Sardaigne et des communes de Villacidro, d’Arbus, de Buggerru, de Fluminimaggiore, de Guspini, de San Gavino et de Gonnosfanadiga (dans les provinces du Medio Campidano et du Sulcis-Iglesiente). Comme cela est précisé par l’équipe promotrice, le but est de créer une réseau local actif, capable de préserver et de valoriser le patrimoine environnemental, historique et culturel du territoire par le biais de l’écriture de Dessì.

 

Maison, parc, territoire : une patrimonialisation circulaire

Le projet tourne autour de l’activité de la fondation, qui est promotrice à la fois de la muséalisation de la maison de l’écrivain, de l’organisation du prix littéraire qui lui est consacré et des animations en plein air liées à la valorisation des lieux de ses fictions. En ce sens, le cas Dessì s’inscrit à bon droit dans ce qu’on appelle le « système parc »: la maison, siège de la fondation, est au centre d’un travail de patrimonialisation du littéraire à triple vocation biographique, évènementielle et paysagère.

 

La maison

La maison Dessì se situe au cœur de Villacidro et nous offre un bon exemple d’habitation bourgeoise d’époque. Nous savons que sa construction remonte au XIXe siècle et qu’elle fut achetée par le général Francesco Dessì, père de l’écrivain, à la fin de la Première Guerre mondiale. C’est ici que l’écrivain passe sa jeunesse ; c’est ici que sa littérature s’origine et a lieu. On y accède par un grand portail en bois, qui donne sur une belle cour intérieure accueillant toujours des événements (concerts, lectures) pendant la semaine du Prix. Pour entrer dans la résidence, nous prenons un petit escalier orné d’une balustrade en fer, qui nous conduit dans le hall. Ici, les dernières publications sur l’écrivain sont exposées (essais, volumes collectif, actes de colloque) dans un bureau ancien. À côté, une armoire en bois massif garde plusieurs de ses œuvres ainsi que de belles éditions d’époque. Au premier étage, une grande salle a été consacrée à l’exposition de la bibliothèque de l’écrivain. Il s’agit de la seule bibliothèque d’auteur actuellement présente dans la région, qui compte un répertoire de plus de vingt mille volumes, dont quelques manuscrits et plusieurs livres rares et anciens. Le catalogue complet est disponible sur demande à l’adresse de la fondation. Une importante exposition de tableaux paysagers (Dessì était aussi peintre) est également visible dans l’espace de l’escalier qui mène du hall à la bibliothèque. Depuis 2009, à l’initiative du Ministero per i Beni Librari e le Attività Culturali, la fondation est aussi responsable du Comité National pour le Centenaire de la naissance de Giuseppe Dessì, qui poursuit ses activités de recherche et de publication au sein de l’organisme. Pendant la semaine du Prix, la maison fait l’objet de plusieurs visites thématiques, souvent adressées à un public scolaire. Le but est de mettre en évidence le rapport spatial qui lie, sur le plan biographique, écrivain, écriture et territoire et ainsi souligner la centralité de ce lieu dans la construction de ses paysages narratifs. Elle est accessible sur réservation durant le reste de l’année.

 

Le prix littéraire

Le prix littéraire Giuseppe Dessì est un concours littéraire national en langue italienne, organisé par les membres de la fondation en collaboration avec un jury de spécialistes universitaires, remettant une distinction aux publications dans les catégories « poésie » et « prose narrative ». Il a lieu chaque année à la fin du mois de septembre, pendant une semaine. Le programme est riche et dense : les performances d’artistes nationaux et internationaux alternent avec des moments de lectures (présentation de livres et tables rondes) et de découverte du territoire narratif (balades et promenades littéraires). La semaine se termine par une cérémonie pendant laquelle les noms des gagnants sont annoncés et le prix remis, à la présence du jury, des artistes et de la communauté. Au-delà des activités en plein air, les événements ont lieu dans les locaux de la maison de l’écrivain (et notamment dans la cour interne), dans l’auditorium du collège de Villacidro et dans le Mulino Cadoni, ancien moulin communautaire du XIXe siècle, récemment acquis par la fondation. Reconnu comme monument historique, il accueille régulièrement des initiatives culturelles (conférences, expositions) portées par la fondation. Il est également mis à disposition de la communauté pour d’autres occasion de réunion et de partage. Le prix est soutenu par la région autonome de la Sardaigne.

 

Balades urbaines et promenades paysagères

Depuis 2016, une nouvelle offre d’animation est intégrée à sa programmation : le projet Passeggiate alla scoperta dei luoghi di Giuseppe Dessì. Ce travail, mené par l’équipe de la fondation à partir de 2014 (et particulièrement par Maria Carmela Aru et Stefano Mais), a pour but de suggérer une découverte alternative de Villacidro et de ses alentours, à déceler en marche et par le biais de l’écriture de Dessì. Deux balades urbaines sont institutionalisées: I luoghi dei romanzi e della vita di Giuseppe Dessì, qui reparcourt la ville telle qu’elle est décrite dans les pages de Pays d’ombres ; Paesaggi e architetture dell’acqua nella letteratura di Giuseppe Dessì, qui retrace les évolutions techniques du territoire au début du XXe siècle, comme l’écrivain les raconte dans ses œuvres.

Tout comme les visites thématiques de la maison, ces parcours sont pensés pour un public varié, qui peut concerner autant les scolaires que les professionnels, les résidents locaux n’ayant jamais fait ce type d’expérience ou encore les touristes venus sur place à l’occasion du prix. Les itinéraires, assurés par l’un des membres de la fondation, prévoient plusieurs haltes, conçues comme pause de lecture et de dialogue. La découverte des lieux est facilitée par l’évocation de différents passages narratifs, capables de véhiculer une « compréhension expérientielle » du territoire et de sa mémoire sociale et culturelle. En septembre 2021, à l’occasion de la 36ème édition du Prix, le nouveau sentier La battuta di caccia a Monte Mei : tra cascate, boschi e “assaggi” di miniera sulle tracce di Angelo Uras a été inauguré. Issu de la collaboration entre Maria Carmela Aru, Cosimo Frigau et Maria Luisa Mura (Aix-Marseille Université), ce nouveau circuit se présente comme une randonnée littéraire visant à l’exploration des forêts du massif du Linas. Huit étapes sont prévues au départ de la cascade de Sa Spendula, à la sortie de Villacidro, pour une durée totale de quatre heures environ et un dénivelé de 300 mètres. Le sentier se termine dans la vallée d’Aletzi, dans le territoire de Gonnosfanadiga. En continuité avec le projet des Passeggiate, l’idée est d’élargir l’horizon de patrimonialisation de la littérature dessienne et ouvrir la voie à des parcours de valorisation alternatifs, capables de promouvoir les ressources environnementales locales et de favoriser une conscience écocentrée du territoire par le biais de la narration littéraire. En ce sens, l’initiative est conforme aux objectifs des Parcs Littéraires, favorisant en effet une promotion écocentrée des lieux littéraires, à visée pédagogique et communautaire.

Comme cela a été évoqué, les promenades et la randonnée sont proposées lors de la semaine du Prix, gratuitement et sous réservation. Pendant le reste de l’année, ces parcours ne sont pas vraiment assurés, à l’exception de quelques sorties scolaires, se limitant toutefois à la visite de la maison et/ou aux balades urbaines. Pour les plus curieux, nous signalons quand même que la fondation est toujours ouverte pour toute information liée à l’organisation de la visite du site, ce qui donne la possibilité de parcourir les itinéraires même en visite libre. En ce sens, plusieurs panneaux et plaques commémoratives à la mémoire de l’auteur sont présentes dans les rues et dans les places principales de la ville (souvent ce sont de citations littéraires qui sont exposées), ce qui constitue un bon repérage géographique pour une appropriation narrative de l’espace. L’office du tourisme local peut également indiquer les détails d’accès de certains sentiers littéraires urbains et extra-urbains, ce qui nous montre à quel point la littérature de Dessì constitue encore aujourd’hui un véritable pilier du patrimoine local, à promouvoir et à valoriser.

Le Parc Littéraire Giuseppe Dessì constitue un bon exemple de patrimonialisation circulaire: la maison n’est que le point de départ d’initiatives variées, mettant à l’honneur la dimension environnementale et paysagère de la littérature dessienne, à découvrir dans ses rapports multiples au territoire, selon une approche à la fois mémorielle et événementielle. La visite à la fondation, ainsi que la participation à ses initiatives, favorisent une lecture verticale du territoire de Villacidro, à repenser et à réactualiser à travers les paroles de l’auteur.

 

Maria Luisa Mura – Université d’Aix-Marseille (CIELLAM)


Pour citer cet article:

Maria Luisa Mura, « Le Parc Littéraire Giuseppe Dessì (Villacidro, Sardaigne). Parcours et activités d’un monde de paroles », dans L'Exporateur. Carnet de visites, Nov 2022.
URL : https://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/le-parc-litteraire-giuseppe-dessi-villacidro-sardaigne-parcours-et-activites-dun-monde-de-paroles/, page consultée le 18/07/2024.