Carnet de visites

30/08/2017

Casa Fernando Pessoa (Lisbonne)

Casa Fernando Pessoa Commissaire(s):

 

Casa Fernando Pessoa, Lisbonne (Portugal), exposition permanente

 

Pourquoi visiter la Maison Fernando Pessoa ? Pour se plonger dans la vie d’un auteur dont l’œuvre et l’effigie se vendent à chaque coin de rue à Lisbonne ? Ce sera peine perdue. On verra les lunettes du poète, deux ou trois objets personnels, l’un ou l’autre meuble, pas mal de reconstitutions, finalement très peu de chose (même la maison qui abrite aujourd’hui l’institution n’est plus celle où habitait Pessoa ; seule l’adresse n’a pas changé). Pour céder à un caprice du moment ? C’est peu probable. La maison est située très à l’écart des circuits touristiques balisés et il faut être vraiment motivé pour dénicher l’endroit. Alors, faute de mieux ? Pour faire tout de même un peu de tourisme culturel, entre fado et pastel de nata ? Supposition absurde, tant l’offre culturelle de Lisbonne est riche, variée, souvent surprenante. Quant à la publicité pour Pessoa, elle se concentre davantage sur la statue de l’écrivain à la terrasse de A Brasileira, où il aurait écrit certains de ses meilleurs textes. On peut laisser la légende pour ce qu’elle est et s’abstenir du même coup à s’asseoir dans le célèbre café, un des nombreux pièges à touristes de Lisbonne.

Bref, il faut supposer un visiteur averti, disposant d’un peu de temps, prêt à trouver dans la Maison Pessoa autre chose que ce qu’il est de toutes façons impossible d’y découvrir. Conseillons à ce visiteur de commencer par se perdre un peu dans les environs, ce qui lui permettra d’entrer dans l’univers du poète avant même d’avoir franchi le seuil : les rues faites pour la flânerie, les cimetières des environs, la faïence des façades, le parc de l’Étoile à quelques pas, en face de la basilique du même nom, enfin l’ombre des arbres – des acacias ? – d’une rue perpendiculaire, qui introduisent un accent d’intimité presque grandiose.

S’étant égaré un peu, le visiteur reviendra sur ses pas, avant de remarquer ce qui lui avait échappé la première fois : un mur plein de poèmes. La Maison est très claire et son aménagement intérieur favorise la verticalité. Elle a été (re)construite autour d’un escalier carré, qu’on voit monter jusque sous les toits. Sur les côtés, les planchers sont souvent évidés, de manière à réunir deux étages. Malgré l’accumulation de petites salles thématiques, on n’a jamais l’impression de sortir du même endroit. La lumière presque éclatante et les divers décloisonnements y sont pour beaucoup, ainsi que la répétition d’un même type de mobilier et d’habillement internes, toute la maison se déployant comme une suite de variations modulaires sur les étagères – vides, bien entendu – de la bibliothèque de l’écrivain. L’esprit de la littérature est ainsi rendu présent par un jeu sur le contenant sans contenu, et au fond cela suffit.

Les concepteurs de la Maison, qui a ouvert ses portes en 1993, ont fait de leur mieux pour remplir un peu un immeuble relativement grand : quelques objets, quelques accessoires, quelques photos, quelques livres – et au troisième étage une tentative de faire vivre quelques textes à l’aide de moyens multimédia, avec mises en voix, projections, scénographies. Tout cela vieillit plutôt bien, mais l’essentiel est ailleurs. D’abord dans les poèmes, omniprésents au point de couvrir jusqu’au mur des toilettes. Dans la bibliothèque ensuite, qui contient une superbe collection de poésie en plusieurs langues. Enfin dans l’exposition temporaire – en l’occurrence un bel ensemble sur la revue Orpheu.

Pourtant l’absence domine. Toutes les salles, toutes les parois, tous les interstices sont remplis d’objets liés de près ou de loin à Fernando Pessoa, mais nulle part on n’a essayé de dire ou de montrer en quoi consiste le « mythe » du poète (qui n’est « personne ») ou de son écriture (qui n’arrête pas de tourner autour de ce vide). Il ne faut pas le regretter. La Maison donne envie de revenir aux textes, qui valent toujours mieux que les mythes.

Jan Baetens (KU Leuven)
août 2017

 

Voir la description et l’audio-guide de la maison Pessoa sur cityzeum.com.

Voir la visite guidée en vidéo :

 


Pour citer cet article:

Jan Baetens, « Casa Fernando Pessoa (Lisbonne) », dans L'Exporateur. Carnet de visites, Aug 2017.
URL : https://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/casa-fernando-pessoa-lisbonne/, page consultée le 01/12/2021.