Carnet de visites

01/01/2012

Photo d’encre. Le livre de photographie à Lausanne, 1945-1975 (exposition en ligne)

Université de Lausanne Commissaire(s): Olivier Lugon

 

Fruit d’un séminaire organisé en 2012 par le Centre des Sciences historiques de la culture et les sections d’Histoire de l’art et d’Histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne, Photo d’encre est une exposition en ligne dédiée aux albums photographiques publiés pendant le troisième quart du vingtième siècle à Lausanne.

Cette ville est en effet réputée pour le développement de techniques d’impression dont la qualité s’est rapidement imposée dans le monde éditorial francophone. Ce savoir-faire a donné lieu à une prolifération de livres de photographie, dont la mise sur pied implique une collaboration entre divers agents des mondes éditorial, littéraire et artistique. L’exposition présente non seulement ces ouvrages, les maisons d’édition qui les ont produits, mais aussi les divers acteurs et branches des métiers de l’édition impliqués dans la confection de tels albums, en se focalisant tout spécialement sur les principales maisons d’édition lausannoises à succès de cette période qui constitue incontestablement un âge d’or de l’édition illustrée en Suisse romande.

La structure de l’exposition rend la navigation aisée, aussi bien pour le visiteur partant à la découverte de l’édition lausannoise dans son ensemble que pour celui qui souhaite se renseigner au sujet d’un aspect précis des thèmes traités. Au départ de la page d’accueil, sur laquelle figure une introduction d’Olivier Lugon, le site affiche dix onglets, chacun consacré à un sujet différent, et un index avec liens incorporés, qui permet au visiteur en quête d’éléments précis de les localiser rapidement au sein de l’exposition. Si le plan du site donne donc la possibilité d’accéder directement à des articles spécifiques, les onglets sont disposés dans un ordre logique qui permet aussi de lire les informations de façon linéaire, en partant du domaine de l’imprimerie lausannoise, passant par les maisons d’édition, et finissant par le dialogue entre les livres de photographie et les autres médias.

S’il est facile à l’emploi et accessible, le site Photo d’encre n’en propose pas moins des informations d’ordre scientifique, exploitables par des chercheurs. Chaque article est accompagné de références bibliographiques et de notes en bas de pages, dont le nombre n’est toutefois pas assommant. À ce titre, dans la mesure où les textes et informations mises à disposition du visiteur sont régulièrement plus étendus que ce que l’on a coutume de trouver dans le cadre d’une exposition en bonne et due forme (même en ligne), Photo d’encre apparaît comme une forme intermédiaire entre l’exposition et le catalogue.

L’exposition a également été pensée pour pouvoir être regardée : les riches collections de la Bibliothèque Cantonale et Universitaire et Lausanne sont mises en valeur par un graphisme soigné et des reproductions de livres d’excellente qualité qui ornent chaque sous-section. Un carrousel d’images montrant des double-pages d’albums figure en haut de chaque page ; il suffit d’y porter sa souris pour que le défilement s’arrête et que le titre de l’ouvrage en question apparaisse dans la banderole. En dépit du passage des ans, l’ergonomie demeure très agréable et, si elle ne correspond pas aux normes et tendances actuellement en vigueur, son design numérique n’a guère vieilli, ce qui est notable compte tenu de la vitesse d’évolution des techniques et des tendances sur le web.

En termes de données, l’exposition propose notamment un lexique technique de l’impression pour, ensuite, détailler les particularités du métier tel qu’il était alors pratiqué à Lausanne. La question du livre est élaborée sur base de brèves histoires de trois maisons d’édition et de leurs collections de livres de photographie : les Éditions Masquerat, les Éditions Rencontre et la Guilde du Livre, exemple le plus développé avec pas moins de quatorze sous-sections, dédiées aux diverses séries d’albums mais aussi à certains volumes qui ont connu un succès considérable, tels que La France de profil de Claude Roy et Paul Strand et Nomades du soleil d’Henry Brandt, ou encore les albums sur Paris et les livres réalisés par la photographe suisse Henriette Grindat. Un onglet consacré aux représentations de Lausanne à travers les albums photographiques touche aux particularités de la ville même qui a donné naissance à tant de chefs-d’œuvre de l’édition illustrée. Les cinq dernières sections traitent pour leur part des relations du livre de photographie avec, respectivement, la pédagogie, le cinéma, la presse, l’industrie et la politique.

Conjuguant avec un bel équilibre le souci pédagogique, acuité de recherche et précision des informations rassemblées, Photo d’encre concilie de façon remarquable les intérêts de différents types de visiteurs potentiels. Facile à utiliser et esthétiquement plaisant, le site propose des textes lisibles et relativement courts mais très fournis, chacun des articles étant rédigé par un chercheur spécialisé de la question dont il traite. Par son attention portée aussi bien à la qualité scientifique qu’à celle des reproductions, qui traduisent dans une certaine mesure la matérialité du livre de photographie, le site réussit brillamment le croisement entre les objectifs d’une exposition, qui a pour but de valoriser des collections d’archives, et ceux d’une base de données utile aux chercheurs et aux curieux. Utile, et même indispensable, tant cette exposition demeure encore aujourd’hui incontournable pour toute personne s’intéressant à l’édition illustrée.

 

Marcela Scibiorska (UCLouvain) & David Martens (KU Leuven – MDRN & RIMELL)


Pour citer cet article:

Marcela Scibiorska et David Martens, « Photo d’encre. Le livre de photographie à Lausanne, 1945-1975 (exposition en ligne) », dans L'Exporateur. Carnet de visites, Jan 2012.
URL : http://www.litteraturesmodesdemploi.org/carnet/photo-dencre-le-livre-de-photographie-a-lausanne-1945-1975-exposition-en-ligne/, page consultée le 23/10/2021.